}

Comment bien choisir sa machine à coudre ?

26 09 2018

Ça y est ! Vous avez franchi le pas et avez décidé de réaliser vous-même vos propres vêtements.

Un détail vous chiffonne : vous n’avez jamais utilisé de machine à coudre et cela vous effraie un peu. Vous aimeriez bien être guidée dans l’achat que vous prévoyez prochainement.

Vous cousez déjà et vous trouvez que notre solution va vous permettre de réaliser vos projets de couture plus rapidement et avec plus de facilité. Vous pensez changer votre machine à coudre qui ne vous donne plus entière satisfaction. 

  • La simplicité d’utilisation est-elle décisive dans votre choix ?
  • Avez-vous de la place pour l’installer « à demeure », ou vous faut-il la sortir à chaque utilisation ?
  • Votre budget est-il limité ou pouvez-vous vous faire plaisir ?
  • Votre environnement nécessite-t-il de veiller aux nuisances sonores de son utilisation (les voisins, les enfants qui dorment) ?
  • Pensez-vous avoir besoin d’aide pour apprivoiser cet engin ?
  • Y a-t-il des fonctions que vous trouveriez indispensables à votre confort de couture ?

Nous avons réalisé à votre intention une synthèse pour vous aider à définir les critères essentiels de la machine qui conviendra à vos besoins !

Dans cet article nous ne parlons que de machine dite « piqueuse plate ». C’est la machine que nous connaissons toutes, celle que notre mère ou grand-mère utilise. Toutes les machines d’aujourd’hui présentent les mêmes fonctionnalités de base, mais certaines options se révèlent fort utiles et améliorent grandement le confort de couture.

Les premières questions à se poser :

Quelle gamme ?

Il ne faut pas se mentir, la première question à se poser est celle du budget ? Une machine d’entrée de gamme coûte moins de 200€, ce sont souvent des machines mécaniques où les fonctionnalités seront moindres que pour une machine de gamme supérieure (le réglage des points en particulier). Ceci ne vous empêchera en aucun cas de vous lancer et de confectionner de nombreux ouvrages de qualité. Mais vous aurez peut-être des difficultés à réaliser un ouvrage avec du tissu épais, jean pur coton par exemple. Une machine de milieu de gamme coûte entre autour de 450€, à ce prix vous trouverez de nombreuses machines très fiables avec des fonctionnalités très intéressantes. Elle satisferont les couturières passionnées à budget limité dont l’achat sera rentabilisé dans le temps. Avec un budget plus conséquent, le choix ne manque pas ! Seules les fonctionnalités spécifiques à vos ouvrages (la puissance ou le triple entraînement pour coudre des grandes épaisseurs ou du cuir épais par exemple) vous conduiront vers telle ou telle marque. Les machines d’occasions ou les reprises de certains commerçants peuvent vous permettre d’accéder à une machine de la gamme au-dessus de celle convoitée.

Mécanique ou électronique ?

Il existe des machines mécaniques et électroniques, nous pourrions aussi les appeler manuelles et automatiques. Les mécaniques sont généralement plus robustes, et dans la majorité des cas, elles sont moins chères que les électroniques. Elles sont souvent choisies par les débutantes ou les couturières occasionnelles. Les électroniques offrent, quant à elles, une sélection et un réglage des points plus simples. L’écran permet de commander la machine aisément. De manière générale, la couture est facilitée avec ces machines.  Celles-ci présentent de nombreuses options, dont certaines apportent un vrai plus, facilitant le travail dans toutes ses étapes.  En conséquence, elles sont plus onéreuses. Les couturières expérimentées et/ou utilisant régulièrement leur machine les préfèrent en raison des options qu’elles offrent.

Sédentaire ou nomade ?

Le poids d’une machine à coudre varie de 5 à 10 kg en moyenne. Il peut être intéressant de privilégier une machine plus légère quand on doit souvent la déplacer. A contrario, l’inertie de la machine, quand elle est suffisamment lourde, est souvent un avantage, car elle vibre moins lors du travail et reste bien en place, même si l’ouvrage est lourd et encombrant.

Vitesse ou pattes de velours ?

Le bruit dépend de la machine et de la vitesse de couture. Pour une couturière confirmée, la vitesse permet de gagner beaucoup de temps, alors qu’elle peut désarçonner une débutante. La pédale de pied permet certes  de coudre à la vitesse que l’on souhaite,  cependant certaines machines permettent en plus de limiter la vitesse maximale grâce à un variateur, ce qui est très appréciable le temps d’apprivoiser l’outil ou pour certaines coutures très précises. Une machine plus rapide peut aussi être plus bruyante, soyez vigilante si votre environnement nécessite de limiter les nuisances sonores ! Vous pourrez ainsi coudre sans gêner les voisins ou réveiller les enfants (« quoique que j’ai toujours aimé entendre le ronronnement de la machine de Maman tard le soir ;-), souvent l’annonce d’un déguisement extraordinaire de plus! » – Marion). Les machines électroniques sont souvent moins bruyantes.

Les principales caractéristiques techniques

La machine réalise divers points de couture à l’aide de deux fils, l’un supérieur (bobine) et l’autre inférieur (canette). Le pied presseur maintient le tissu au niveau de la plaque d’aiguille et les griffes en dessous entraînent le tissu. Les machines anciennes ou certaines machines professionnelles ne font qu’un seul type de point (très bien et très vite). Les machines familiales d’aujourd’hui sont toutes capables de réaliser les divers points de couture usuels, point droit et point zigzag, avec plus ou moins de variantes. La plupart des machines intègrent des valeurs de distances (0,5 – 1 – 1,5 cm) gravées sur le plateau de la machine, à droite de la plaque d’aiguille. Ces guides permettent coudre droit tout en gardant une valeur de couture toujours égale.

Le réglage des points 

Les machines d’entrée de gamme proposent souvent des points préréglés non modifiables limités aux points droit et zig-zag. Ces points sont suffisants, bien pensés et très pratiques pour une débutante, cependant  vous risquez d’être agacée de ne pouvoir exactement régler exactement la longueur ou la largeur de votre point. Les machines de gamme supérieure permettent également de régler des points plus larges jusque 6mm !

D’autres points se révèlent vite très utiles, voire indispensables : boutonnière automatique, ourlet invisible et overlock, ce dernier pour travailler des tissus extensibles. Ils sont présents sur de nombreuses machines. Si faire une boutonnière vous fait peur (« car, entre nous, oui, ça peut faire peur ! » – Natacha) préférez ce type de modèle.

Pour plus de plaisir, vous pouvez choisir une machine offrant de plus nombreux points, certaines permettent de raccommoder et même proposent des points décoratifs.

Le ou les portes bobines 

Le porte bobine peut être vertical ou horizontal. Un porte bobine horizontal évite des problèmes de tension car le fil se déroule autour de la bobine sans que celle-ci ne tourne sur elle-même. Le déroulé est ainsi régulier et la tension également. Une tension mal réglée ou irrégulière est source de problème. Il est également possible de pallier ce souci avec un porte-cône indépendant.

La présence d’un second porte bobine permet d’utiliser une aiguille double ou jumelée. Celle-ci facilite une jolie finition d’encolure ou d’ourlet de tee-shirt en effectuant en un seul passage deux coutures parfaitement parallèles (vite indispensable ! – Marion).

Les pieds presseurs

Il existe de très nombreuses variétés de pieds qui facilitent la pose d’une fermeture à glissière invisible, la couture d’un bouton, la pose d’ un biais, la pose d’un élastique, la couture du cuir, par exemple, (pour ne citer que les plus remarquables).

Certains sont fournis avec la machine, d’autres peuvent être acquis si besoin.

Toutes les machines sont livrées au minimum avec un pied standard pour les coutures droite et zigzag. Vérifiez que la machine est bien livrée avec un pied à fermeture à glissière, permettant de s’approcher du bord de la glissière, tout en maintenant convenablement le tissu.

Il existe deux types de pieds, les pieds les plus courants se clipsent dans une encoche, les seconds se vissent. On peut trouver un adaptateur de pied permettant de fixer des pieds à clipser sur une machine initialement prévue pour des pieds à vis. Le pied clipsé a l’avantage d’être simple et rapide à changer alors que le pied vissé peut être considéré comme plus solide. Pensez à vérifier la compatibilité de vos pieds avec votre nouvelle machine.

L’entraînement

Les machines sont classiquement à simple entraînement, c’est-à-dire que seules les griffes de la plaque d’aiguille font avancer le tissu par le dessous. Sur une machine a double entraînement l’aiguille contribue également à l’entraînement par le dessus. Un pied à double entraînement ou le pied marcheur assurent également cette fonction. Ceci permet d’éviter que le tissu du dessous soit décalé lors de l’assemblage de tissus élastiques ou de tissus très différents ou de raccords de motif. Le triple entraînement (griffe, pied et aiguille) n’est indispensable que pour la maroquinerie.

La canette

La position de la canette : les machines mécaniques ont une canette en position verticale, masquée sous le plateau de couture. Pour y accéder, il faut démonter le plateau, ouvrir une trappe et enfin accéder à la cannette qui est insérée dans un boîtier.

Sur la plupart des modèles électroniques, la canette est placée horizontalement et visible à travers une protection transparente ce qui permet aisément de vérifier s’il reste assez de fil  et d’intervenir sur celle-ci lorsque c’est nécessaire. Cependant, le mécanisme de canette verticale est plus robuste sur le long terme.

Il existe de nombreux modèles de cannettes selon les marques ou les modèles de machine. Il faut toujours utiliser le modèle prévu pour la machine.

Les options qui se révèlent judicieuses

Certaines pourront être considérées comme superflues. Néanmoins, elles contribuent souvent à la réalisation d’ouvrages aux finitions satisfaisantes.

L’enfile aiguille automatique

Très utile pour toutes celles dont la vue rend difficile le passage du fil dans le chas de l’aiguille. Un plus indéniable à partir d’un certain âge de la couturière ! (et même moins âgée, j’adore le mien qui me permet d’enfiler en quelques secondes sans y penser – Marion

La position de l’aiguille

La possibilité de choisir la position d’arrêt de l’aiguille, en bas ou en haut. Quelle facilité pour changer de direction de couture quand l’aiguille reste en bas à la fin de la piqûre ! Il n’y a plus à y penser et cela ne crée pas de décalage de la couture !

Les machines électroniques permettent également de déplacer l’axe de l’aiguille vers la droite ou la gauche très finement pour des coutures plus précises.

Les points d’arrêt en début et fin de couture

Les machines électroniques présentent un raccourci spécifique qui facilite cette étape. Au démarrage la machine fait un point d’arrêt avant de commencer et il suffit d’appuyer sur un bouton pour qu’elle fasse un nouveau point d’arrêt à la fin. Les coutures sont ainsi solidement maintenues et ne se défont pas.

Le coupe-fil

Le coupe-fil intégré, généralement sur le côté de la machine, permet de couper les fils directement à la fin d’une couture sans avoir à chercher les ciseaux pour libérer l’ouvrage de la machine. Le coupe-fil automatique coupe les fils à ras après le point d’arrêt, pour les machines « haut de gamme » évidemment 😉

La genouillère

Elle permet de lever le pied presseur avec le genou et ainsi de toujours garder les mains sur le tissu. Particulièrement pratique pour des coutures alambiquées ou des tissus très fragiles. Cette option est réservée aux machines haut de gamme. Des kits permettent d’adapter ce système sur certaines machines.

Où vous procurer votre machine ?

Vous pouvez choisir une machine en ligne, de nombreux sites très sérieux ont fait leurs preuves. Il y a souvent des offres promotionnelles avec des accessoires utiles. Si vous avez besoin de conseils, d’aide à l’utilisation de base de votre nouvelle machine, rien ne remplace la relation clients en boutique spécialisée !

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Témoignage : J’ai commencé la couture avec PACO

Témoignage : J’ai commencé la couture avec PACO

J'ai profité d'un atelier en Nocturne organisé par Couture Connectée pour réaliser un nouveau défi : mon premier projet couture. Mon choix s'est porté sur un petit haut pour ma nièce de 2 ans. (Top Fille de chez Mondial Tissu sur coutureconnectee.com) Mes amies...

lire plus
Témoignage : Soyez 10 fois plus rapide avec PACO

Témoignage : Soyez 10 fois plus rapide avec PACO

« Lundi 14h. J’ai le plaisir de tester le PACO en avant première,  sur un patron de créateur sur-mesure! Le tissu est étalé sur la table, la ligne lumineuse indique le droit-fil. Quelques clics : la première pièce de la jupe à godets s’affiche. Il me faut quelques...

lire plus

L'atelier des tutos pour des coutures sans accroc!

Dans l'atelier, venez découvrir nos astuces, conseils et tutoriels pour  apprendre de nouvelles techniques et vous simplifier la confection de vos ouvrages.